Le microbiote du mois : Lucie H.

Wednesday, March 2, 2022 | 2 months ago
Le microbiote du mois : Lucie H.
Le meilleur microbiote du mois

Avec des résultats d’analyse du microbiote qui montrent une excellente diversité, les bonnes bactéries akkermansia, bifidobactéries, lactobacilles et tous les producteurs de butyrate dans le vert (c’est-à-dire aux meilleurs taux) : Lucie H. mérite la médaille d’or du microbiote instestinal de ce début d'année. Nous lui avons demandé quel était son secret afin de nous inspirer, et elle a accepté de nous le dévoiler dans cet interview. Nous la remercions vivement.  

Quelle importance accordez-vous à la nutrition dans votre vie ? 

Depuis toute petite, j’ai été baignée dans le domaine de la nutrition par ma mère qui avait déjà un fort intérêt pour la santé et l’alimentation. J’ai donc grandi avec cet intérêt et j’ai ainsi été à mon tour passionnée par ce domaine à titre personnel. Je lis énormément pour me cultiver moi-même. Dans les années à venir, je pense d’ailleurs faire une formation afin d’obtenir un diplôme de naturopathe et ainsi confirmer mon intérêt pour ce domaine. 

Quelle est votre alimentation de manière générale ? 

Je suis ce que ma mère m’a enseigné pendant toute mon enfance. Je mets toujours une assiette de crudités sur la table à chaque repas en entrée (salade, carottes râpées, choux, etc…). Mon alimentation est très végétale, proche d’un régime végétarien car je ne mange aucune viande à part un petit peu de poisson et des oeufs, parfois un tout petit peu de poulet mais c’est très rare. Je ne mange pas de produits laitiers issus du lait de vache, mais parfois du fromage de chèvre ou du lait de chèvre.  Le matin je mange le ‘Miam-Ô-Fruit’ de France Guillain : une base composée par exemple de bananes écrasées, d’oléagineux/graines mixées et d’huile de colza pour apporter le bon gras et les bonnes vitamines dès le matin, puis on rajoute sur cette base des fruits coupés dessus avec des noix et autres oléagineux. Le tout assemblé permet d’assimiler dès le matin les bons nutriments en synergie ! Sinon il m’arrive aussi de prendre des flocons d’avoine avec du lait d’épeautre ou une boisson lactée d’avoine.  Mon alimentation est plutôt “méditerranéenne“, je cuisine à l’huile d’olive, je mets de l’huile de colza dans mes entrées/crudités. Je cuisine beaucoup mes légumes à la vapeur douce et j’agrémente beaucoup mes plats avec des épices et herbes aromatiques. Beaucoup de personnes disent que l’alimentation saine est quelque chose qui n’a pas de goût alors que moi je m’éclate avec les épices et herbes aromatiques !  Je ne prends jamais de desserts. Depuis toute petite je ne mange jamais de bonbons, de sucreries ou de pâtisseries de par mon éducation avec ma mère. Et puis la composition ne me plaît pas du tout ! Mon palais n’a pas développé d’addiction au sucre et donc ne me fait pas ressentir ce besoin d’aller chercher ce type de gourmandise sucrée à la fin d’un repas. Le sucre d’un fruit me suffit.  En boisson, je ne bois pas d’alcool, pas de sodas et pas de café non plus. Je bois plutôt de l’eau, des tisanes, parfois du thé vert ou noir, ou des infusions auxquelles je mixe moi-même les plantes dans un sachet.  Depuis toute petite, ma mère essayait d’acheter du BIO autant que nos moyens le permettaient. Aujourd’hui je consomme à mon tour quasiment tous mes fruits et légumes BIO. 

Prenez-vous des probiotiques ou autres compléments alimentaires ? 

Oui, la teneur en vitamines des fruits et légumes a beaucoup diminué au cours de ces cinquante dernières années. Depuis toute petite, ma mère nous a donc donné des suppléments en vitamine C et j’ai gardé ce réflexe. Je prends également de la vitamine D en hiver. En revanche, je ne prends jamais de médicaments ! 

Comment avez-vous connu Luxia Scientific ? 

C’est mon copain qui m’a fait découvrir votre analyse 1test1 car il avait déjà fait le test l’année dernière et avait obtenu un score de diversité autour de 4. Il s’est adapté à mon alimentation depuis les 6 mois que nous sommes ensemble, et après avoir refait le test avec moi en début d’année, sa diversité est remontée à 5 ! Pour moi, j’avais toujours entendu parler du microbiote intestinal, mais c’était la première fois que je testais mon microbiote. Le kit est très facile à comprendre, à installer et à faire pas de soucis. Le délai des résultats est parfois un peu long pour suivre d’encore plus près l’évolution de son microbiote, mais le rapport est très bien et compréhensible. 

D’après vos résultats d’analyse de 1test1, vous avez un excellent microbiote, quel est votre secret ? 

Je pense que c’est un tout : l’alimentation végétale, beaucoup de crudités de façon variée, la consommation de produits BIO en limitant les produits industriels. On regarde les étiquettes pour éviter les additifs et perturbateurs endocriniens, conservateurs qui ne sont pas forcément bénéfiques pour le corps. Je pense qu’il faut pratiquer une activité régulière aussi, j’ai toujours fait du sport plusieurs fois par semaine et je me déplace souvent, je ne reste jamais inactive. 

Avez-vous des conseils pour les personnes qui souhaiteraient commencer à se prendre en main mais qui ne savent pas par où commencer ? 

Je dirais de commencer par regarder ce qu’ils achètent car tout commence à l’achat. Privilégier les produits bruts non transformés, et s’il y a transformation, regarder la composition du produit (éviter les additifs commençant par la lettre E par exemple…). Aller vers une alimentation aussi végétale que possible est selon moi un bon point de départ. 

Pensez-vous qu’il est utile d’analyser son microbiote ? Pourquoi ? 

Je pense que c’est une très bonne chose que l’analyse du microbiote se développe car, pour certains patients, cela peut constituer une preuve du mal-être de leur corps, et pour d’autres, cela peut constituer une prise de conscience qu’il est temps de se reprendre en main rien qu’en voyant le résultat. Pour mon conjoint par exemple, c’était une preuve que le mal-être de son corps se traduisait jusqu’au niveau du microbiote, et donc qu’il y avait déjà du travail à effectuer à ce niveau-là.